Membres / Members

Le projet est coordonné en France par Bing Zhao, CR 1 UMR 8155 CRCA0 (EPHE/CNRS/Collège de France/Paris 7), et en Chine par Guangyao Wang, Directeur de recherche, Institut d’archéologie du musée du Palais de Pékin.

Bing Zhao, archéologue de formation, spécialiste de la céramique chinoise du IXe au XIXe siècle, étudie la céramique chinoise dans une approche à la fois globale, anthropologique et sociale. Elle collabore depuis 1998 avec des équipes d’archéologie internationales en se chargeant de l’étude du corpus de la céramique chinoise issue d’une trentaine de sites d’Asie du Sud-Est, du monde musulman, de l’Afrique et de l’Europe. Ses thèmes de recherches principaux concernent la diffusion de la céramique chinoise dans le monde et ses impacts culturels et technologiques. Elle s’intéresse également au patronage impérial sur l’artisanat de la céramique aux XVIIe-XVIIIe siècles et aux rapports entre le pouvoir et les savoirs. Pour ce volet de recherche, elle exploite de manière systématique les archives du Palais des Qing. Elle mène des recherches croisées en collaboration avec les physico-chimistes de l’UMR 8233 MONARIS depuis 2009 et réfléchit sur la pertinence des données physico-chimiques pour l’étude de la céramique asiatique. Elle collabore régulièrement avec des musées pour des projets d’exposition (« La mémoire engloutie de Brunei », La Conciergerie, 2001 ; « La splendeur de la porcelaine de Jingdezhen », Centre culturel de Chine à Paris, 2004 ; « Le mystère de Lapérouse », musée national de la Marine, 2008 ; « 10 siècles d’aventures sur les mers Méditerranée <> océan Indien », Institut du Monde Arabe, Paris / Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, 2016). Elle a été responsable de plusieurs programmes internationaux (« La céramique chinoise des ports islamiques (IXe-XVe siècles) : production et exportation » (2006-2009), « The Potter’s Villages of Longquan District in Zhejiang: Decoding a Traditional Local Craft Society » (2007-2012), « Storage jar : Evidence for Maritime Long Distance Tarde » (2014-2017). Depuis 2011, elle est responsable de la série de conférence « Actualité de recherches en céramique chinoise ». Auteur d’une quarantaine de publications publiées ou sous presse (livre, articles, chapitres d’ouvrage et de catalogue d’exposition, etc.), en français, en anglais et en chinois.

Guangyao Wang, Directeur de recherche, Directeur adjoint de l’Institut d’archéologie du musée du Palais de Pékin. Après des études au Département d’archéologie de l’Université de Pékin, est entré en 1989 au musée du Palais de Pékin. Depuis 2005, il est promu au grade de Directeur de recherche, et est habilité à diriger les thèses dans plusieurs universités chinoises. Ses domaines de recherche touchent à la fois la céramique, le bronze et les réglementations relatives à l’utilisation des objets dans la cour. Il a participé au catalogage des 28 000 céramiques du musée du Palais de Pékin. Il a également dirigé plusieurs missions de fouilles de sites d’officines de potiers, en particulier ceux de la manufacture impériale de Jingdezhen. Lors de ces fouilles – et également lors de celles qu’il a menées au sein même de la Cité interdite- un grand nombre de tessons émaillés ont été mis au jour. Ces données archéologiques offrent de nouvelles informations considérables sur le contexte d’utilisation de ces objets et pour leur datation. Les recherches de Wang sont reconnues internationalement. Il a été invité de nombreuses fois pour des séjours scientifiques en Corée, au Japon, à Singapore, en Angleterre, en France, en Allemagne, aux Etats Unis, au Canada et en Australie, en plus de séjours plus réguliers à Taiwan, Hong-Kong, et Macao. Il a publié plusieurs livres et quelques dizaines d’articles de référence. Son livre Mingdai gongting shi明代宫廷陶瓷史 (Histoire de la céramique de cour des Ming) a reçu le prix des dix meilleurs ouvrages de l’année 2010 dans la catégorie du patrimoine et de la culture. Le projet intitulé « Recherche sur les céramiques impériales des Song » a été couronné du « meilleur prix de recherche » en 2008. Wang a reçu le prix du « Meilleur jeune chercheur national » en 2008 et le deuxième prix « Meilleur archéologue » en 2010.

Equipe française

  • Le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO, UMR 8155)

Françoise WANG-TOUTAIN, DR du CNRS, Directrice de l’Institut d’étude tibétaines du Collège de France, interrogera sur l’usage d’émaux cloisonnés dans la fabrication d’objets de culte tibétains.

 Bing ZHAO, CR1 du CNRS, spécialiste de la céramique chinoise, travaillera sur l’évolution du goût, aux contacts des objets et artisans européens, dans la production impériale de céramique au XVIIIe siècle, et sur l’introduction de fours français à petit feu dans les ateliers impériaux.

  • Laboratoire « Identités-Cultures-Territoires » (ICT, EA 337, UFR GHESS / UFR EILA, Université PD 7)

Liliane Hilaire-Pérez est professeur d’histoire moderne à l’université Paris Diderot et directrice d’études à l’EHESS. Elle est spécialiste de l’histoire de l’innovation, de la culture technique et des échanges dans l’Europe moderne. Elle a publié récemment La pièce et le geste. Artisans, marchands et savoirs techniques à Londres au XVIIIe siècle (2013). Elle poursuit ses travaux sur les transversalités opératoires entre métiers, qu’il s’agisse de techniques d’assemblage, de modelage ou de surfaçage, en lien avec les recompositions du monde artisanal sous l’effet de l’essor de la sous-traitance au XVIIIe siècle. Elle dirigera du point de vue théorique et méthodologique l’interprétation du phénomène de la circulation des techniques de l’émail à grande distance entre la France et la Chine.

Sébastien Pautet est doctorant contractuel en histoire moderne à l’université Paris Diderot-Paris 7. Spécialisé dans l’histoire des sciences et des techniques au XVIIIe siècle, il réalise actuellement une thèse de doctorat intitulée « A la Chine. Inventer, produire et consommer les modes asiatiques (fin XVIIe-début XIXe siècle) : une histoire connectée des techniques » sous la direction de Mme Liliane Pérez (professeur au Département d’histoire de l’université PD7 et Directeur d’études à l’EHESS). Il est également rédacteur en chef du carnet de recherche Hypothèses de ce projet TrEnamelFC. 

Fabien Simon est maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Diderot-Paris 7. Il est spécialiste d’histoire sociale et culturelle des langues aux XVIe-XVIIe siècles (langue universelle, traduction…) et ses travaux portent plus généralement sur l’histoire des savoirs dans l’Europe moderne, en envisageant leurs circulations, y compris extra-européennes (Amériques, Chine). Il envisageait ainsi dans sa thèse (Sortir de Babel. Une République des Langues en quête d’une « langue universelle » à la Renaissance et à l’Age classique ? (décembre 2011)) la manière dont un savoir sur la langue chinoise circulait et était réceptionné, réapproprié, dans les réseaux de la République des Lettres et des Sciences européenne (Royal Society, jésuites). Il souhaite aborder ici la manière dont le savoir technique circule entre France et Chine, à travers les correspondances jésuites en particulier, en abordant les lieux de savoir où il aboutit en Europe (imprimés, collections…). Il s’agirait de se pencher notamment sur l’étude de la terminologie et des dénominations, des objets ou des techniques, comme « chinois », « à la Chine » … Mais aussi de considérer parallèlement ce qui ailleurs en Europe peut porter d’autres types d’appellations (japanning en Angleterre…) ; et, enfin, symétriquement, en collaboration avec les collègues participant chinois, ce qui est appelé en Chine, « falang ».

  • Centre Alexandre Koyré (UMR 8560)

Antonella Romano, Directrice d’études à l’EHESS, Directrice du Centre Alexandre Koyré, partira du constat que les descriptions des missionnaires jésuites ne relèvent pas toutes d’un même milieu, soit la France (surtout si l’on envisage de prendre en considération la masse des sources restées manuscrites). Elle entend donc prêter une attention particulière à la contribution des autres « groupes nationaux », en relation avec d’autres cours européennes, notamment celles d’Espagne et du Portugal, également présents à la cour des Mandchous. 

Marie Thébaud-Sorger, Chargée de recherche 2e classe au CNRS, historienne des techniques et des pratiques inventives au XVIIIe siècle. Ses recherches viseront à consolider l’articulation entre les savoirs de l’émail et les autres techniques de finitions. Premièrement, par le repérage et l’exploitation d’un corpus de sources sur les productions artisanales, les usages consuméristes et les go-between (traducteurs) en France pour le XVIIIe siècle concernant les doreurs et vernisseurs : via les journaux et imprimés commerciaux et les archives de la pratique. Deuxièmement, elle mènera une réflexion sur les techniques de revêtement de surface (communes aux enduits, émaux, dorures, étamages…) au sein du séminaire « Savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation » et de l’atelier qu’elle coordonne : La reconstitution- processus heuristique et/ou objet de médiation, notamment une séance « Reconstruire les techniques et les savoir faire » en 2017.

  • Laboratoire « De la Molécule au Nano-Objet, Réactivité, Interaction et Spectroscopies » (MONARIS, UMR 8233 CNRS – UPMC Paris 06 Sorbonne Universités)

Philippe Colomban, ingénieur céramiste/verrier (ENSCI), Directeur de Recherche (DR1) CNRS depuis 1992 développe de nouvelles méthodes d’analyse principalement non-destructives, des matériaux à haute performances (énergie, aéronautique, spatial, piézoélectriques, …) ou appartenant au Patrimoine Culturel (verres, céramiques, émaux, vitraux, peintures, sculptures métalliques, bâtiments…). Il a dirigé ou co-dirigé plusieurs équipes ou laboratoires de différentes institutions (ONERA, CNRS, Universités) et a été responsable de nombreux contrats nationaux et internationaux. Membre de Comités AERES il est aussi éditeur ou membre de comités éditoriaux de différents journaux (Arts, J. Cultural Heritage, J. Raman Spectrosc. Vibrational Spectrosc., …)

Ludovic Bellot-Gurlet, PR2 à l’UPMC, travaillera sur l’analyse élémentaire (via procédure E-RIHS/IPERION) et vibrationnelle (Raman), pour la réalisation des mesures et l’exploitation des données/chimiométrie (PCA, etc.).

Céline Paris, IE du CNRS, se chargera de l’analyse vibrationnelle et des mesures sur site avec instruments portables.

Anh-Tu Ngo, IE du CNRS, se chargera de l’analyse des microstructures (Microscopie Électronique à Balayage-MEB) et composition élémentaire locale (MEB-EDX).

  • CECMC (Centre d’étude sur la Chine Moderne et contemporaine, UMR 8173 CNRS/EHESS)

John Finlay, chercheur associé au CECMC, propose d’étudier les archives en rapport avec Henri Bertin. Cette étude du rôle du ministre Bertin dans le transfert de connaissances entre la Chine et la France concerne principalement la transmission de savoirs écrits et illustrés, et de retrouver dans ces archives la documentation de l’envoi des objets émaillés entre les deux pays.

Catherine Jami, directrice de recherche au CNRS, est historienne des sciences. Elle travaille sur la circulation des savoirs entre la Chine et l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècle. Elle a notamment publié The Emperor’s new mathematics: Western learning and imperial authority during the Kangxi reign (1662-1722) (2012), et dirigé Individual Itineraries and the spacial dynamics of knowledge: science, technology and medicine in China (17th-20th centuries) (2017).  Elle contribuera notamment à l’élaboration de la base des données à partir des archives des ateliers impériaux. 

Isabelle Landry-Deron, ingénieure d’études à l’EHESS, spécialiste des Jésuites, mènera un dépouillement systématique de la correspondance des Jésuites français afin de constituer un corpus de correspondance des Jésuites sur la circulation des objets émaillés (religieux, profanes et scientifiques) entre la France et la Chine.

  • Centre André Chastel (UMR 8150, CNRS/Université Paris-Sorbonne/MCC)

Stéphane Castelluccio, CR 1 HDR au CNRS, spécialiste du décor intérieur, du mobilier, de l’histoire des collections, du commerce de luxe et de la réception des œuvres orientales en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, travaillera sur la mise en commun et la confrontation des sources d’archives au point de départ en Chine et à la réception en France afin de déterminer dans quels contextes politique, social, économique et humain se sont développés de ces premiers échanges internationaux à une échelle et dans une régularité remarquables.

  • Musée des Beaux-arts de Limoges

Véronique Notin, conservatrice en chef du patrimoine, Directrice du musée des Beaux-arts de Limoges. Elle est spécialiste des émaux français, en particulier des émaux limousins auxquels elle a consacré plusieurs expositions et de nombreux articles. Elle a travaillé avec Mme Isabelle Biron, ingénieur d’études au C2RMF qui a mené d’importantes analyses des productions limousines du Moyen-Âge à l’époque moderne. Invitée par le musée du Palais de Taipei en 2011 dans le cadre d’une exposition et d’un colloque portant sur les échanges entre la Chine et la France à l’époque de Kangxi, elle a présenté des travaux novateurs attestant le lien stylistique fort entre des émaux chinois, peints sur cuivre et sur porcelaine dans le 1er tiers du XVIIIe siècle et des émaux peints limousins. Elle pilotera l’expertise des émaux européens de la collection du Musée du Palais de Pékin.

  • Musée de la Compagnie des Inde (Lorient)

Brigitte Nicolas, Conservateur en chef du patrimoine, travaillera sur les importations des émaux d’exportation chinois en Europe, à travers les archives de la compagnie des Indes françaises. L’angle de la commande privée sera privilégié et confronté au corpus des émaux chinois à armoiries européennes, repérables dans les collections publiques et privées. Elle travaillera également sur les émaux chinois d’exportation du musée de la compagnie des Indes.

  • Musée du château de Versailles

Marie-Laure de Rochebrune, Conservateur en chef, spécialiste de la verrerie et de la céramique françaises à l’époque moderne, s’occupera de l’étude des verreries européennes du musée du Palais de Pékin. Elle s’interrogera sur les possibles circulations de la technique de verrerie françaises par l’intermédiaire des Jésuites, et travaillera sur les cadeaux diplomatiques entre les deux cours.

  • La Cité de la céramique (Sèvres & Limoges)

Véronique Milande, conservateur du patrimoine, chef du service de la conservation préventive et de la restauration, effectuera des recherches dans les archives de la Manufacture sur les sujets ayant trait aux échanges entre Sèvres et la Chine au XVIIIe siècle, sur les pièces produites par les ateliers de peinture sur verre et d’émaux sur métal. Le laboratoire de la Manufacture, sous la direction d’Olivier Dargaud, docteur en chimie, collaborera en fournissant échantillons, matières premières, émaux de couleurs, plaquettes d’essais de couleurs conservées depuis le XIXe siècle et en proposant son expertise sur les formulations des couleurs.

  • Musée des Arts décoratifs de Paris

Béatrice Quette, Chargée des collections asiatiques, doctorant en thèse au CREOPS à l’université Paris-Sorbonne, réalise une  thèse de doctorat intitulée « Les émaux cloisonnés en Chine sous les dynasties Yuan (1279-1368), Ming (1368-1644) et Qing (1644-1912) : techniques, formes, décors et contextes d’usages » sous la direction de M. Antoine Gournay (professeur, Professeur en Archéologie et Histoire de l’Art de l’Extrême-Orient, CREOPS, Paris 4/Sorbonne).Elle se chargera à sélectionner les objets du musée des Arts décoratifs en vue physico-chimique.

  • Musée National des arts asiatiques asiatiques – Guimet

Hélène Gascuel, conservateur du patrimoine à la section Chine, doctorante à l’Université Paris 4 – Sorbonne (CREOPS), travaillera sur les pièces émaillées de la collection du musée national des Arts asiatiques – Guimet.
Claire Déléry, Conservateur du patrimoine à la section Chine, travaillera sur les pièces émaillées de la collection du musée national des Arts asiatiques – Guimet.

  • Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF-UMR 8247)

Isabelle Biron, Responsable des études sur le verre, se chargera de l’étude en laboratoire d’une vingtaine d’objets en émail peint de Limoges datés du XVIIe-XVIIIe et du début du XXe siècle provenant essentiellement du musée des Beaux Arts de Limoges, mais aussi des collections françaises. Ces émaux seront étudiés de façon complète tant sur le plan technique (travail du métal support et art de l’émaillerie) que sur la plan analytique (composition chimique élémentaire complète et précise des émaux colorés, recettes de fabrication verrières, nature et origine des matières premières (sources de silice, sources alcalines, agents colorants et opacifiants), mode de fabrication de ces matières premières, critère de datation et d’authentification, évolution chronologique des techniques et des recettes employées pour chaque production.

  • Université Clermont-Auvergne

Catherine Cardinal est Professeure en histoire de l’art à l’université Clermont-Auvergne, membre du CHEC (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »). Auparavant, elle fut chargée des collections d’horlogerie et d’automates au Musée des arts et métiers (Paris) avant de devenir Conservateur du Musée international d’horlogerie et Directeur scientifique de l’Institut l’homme et le temps (Suisse, La Chaux-de-Fonds). Des catalogues de musée, d’exposition, des monographies (publiés en français, anglais, allemand, italien), des colloques résultent de ses travaux sur l’histoire pluridisciplinaire du temps (XVIe-XXe siècles). Sa recherche porte notamment sur l’émaillerie appliquée à l’horlogerie ; de ce point de vue, elle examinera les objets entrant dans le projet.

Equipe chinoise
(Musée du Palais de Pékin)

Lihua Chen, Directrice de recherche, ancienne directrice adjointe du musée du Palais et actuelle directrice de l’Institut de recherche sur les techniques artisanales impériales au musée du Palais de Pékin. Lihua Chen est reconnue sur le plan international comme faisant partie des meilleurs spécialistes des émaux et des laques. Elle a été l’un des fondateurs de l’association de recherche sur les laques et de l’association de recherche sur les laques, deux institutions ayant joué le rôle de pivot pour les études de ces deux domaines. Elle a édité ou co-édité de nombreux ouvrages de références sur les émaux, tels « Les émaux cloisonnés du musée du Palais de Pékin », « Les chef-œuvres du musée du Palais-les émaux cloisonnés », « Collection des œuvres d’art chinois-les émaux cloisonnés », et plusieurs dizaines d’articles de recherche sur les émaux, qui sont aujourd’hui de références bibliographiques. Elle a été à plusieurs reprises commissaire des expositions sur les émaux et sur la cour curiale des Qing qui ont eu lieu en Chine et à l’étranger.

Wanping Ren, diplômée du département d’histoire en 1990. Recrutée en 2005 en tant que directrice de recherche par le musée du Palais de Pékin, elle y assume actuellement deux fonctions, celle de la Directrice adjointe du musée du Palais de Pékin et celle de la Directrice adjointe de l’Institut de recherche sur les productions impériales. Historienne de la dynastie des Qing, elle est l’auteur de quelques dizaines d’articles scientifiques. Elle a édité ou co-édité les ouvrages d’histoire des Qing les plus importants des deux dernières décennies, par exemple le Qingshi tudian《 清史圖典 » (Histoire illustrée des Qing, 12 vols). En tant que directrice adjointe en charge des départements les plus importants du musée, elle est particulièrement en mesure de diriger la coordination de ce projet pluridisciplinaire.

  • Institut d’archéologie

Guangyao Wang, DR, Directeur adjoint, coordinateur de l’équipe chinoise.

Yi Zhai, Post-doctorante, en charge de la traduction français/chinois.

  • Département des objets d’arts

Chenglong Lü, DR, en charge de l’inventaire des objets émaillés et des recherches s’y rapportant.

Qian Han, CR, en charge de l’inventaire des objets émaillés.

Luoyuan Ji, CR, en charge de l’inventaire des émaillés.

Yong Yang, CR, en charge du dépouillement des archives du Palais.

Wei Xu, CR, en charge du dépouillement des archives du Palais.

He Wang, CR, en charge du dépouillement des archives du Palais.

Li Zhang, DR, en charge du dépouillement des archives du Palais.

  • Département de recherche sur la vie de cour

Lihua Chen, DR, membre du comité de pilotage.

Fuxiang Guo, DR, en charge des objets religieux et scientifiques émaillés.

He Wang, CR, en charge de la base de données textuelles.

Yingying Zhao, CR, en charge de la base de données textuelles.

  • Département de restauration et d’analyses scientifiques

Ningchang, DR, en charge de l’organisation des analyses physico-chimiques.

Yong Lei, DR, en charge des analyses physico-chimiques.

He Li, CR, en charge des analyses physico-chimiques.

Rui Zhang, CR, charge des analyses physico-chimiques.

Cui Jia, CR, charge des analyses physico-chimiques.

  • Département international

Hong Yuan, IE, en charge des relations administratives.

 

Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques (fin XVIIe – milieu XIXe siècle)