L’équipe LIA réunie à Paris

Sur la photographie :
Rang 2 : John Finlay, Stéphane Castelluccio, Fabien Simon, Sébastien Pautet, Zhang Yingying, Zhou Qiong
Rang 1 : Zhang Li, Zhao Bing, Marie Thébaud-Sorger, Chen Lihua, Guo Fuxiang

Les équipes française et chinoise
du LIA sur les circulations d’objets émaillés
se sont réunies en France du 4 au 11 mai 2017.

Les équipes ont pu collaborer à l’occasion d’une visite du Musée de Limoges et de deux évènements scientifiques organisés à Paris :

4-5 mai 2017 – Colloque international
Les présents diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux 17e-18e siècles (Ecole français d’Extrême-Orient / Université Paris Diderot)

11 mai 2017 – Journée d’études
Vernis, glaçures, pigments : Techniques et savoir-faire sur la longue durée (Centre de recherche et de restauration des musées de France, Musée du Louvre)

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée d’études – Vernis, glaçures, pigments. Techniques et savoir-faire sur la longue durée – 11 mai 2017

Journée d’études

Vernis, glaçures, pigments (II)
Techniques et savoir-faire sur la longue durée

Jeudi 11 mai 2017
10h-17h – Centre de Restauration des Musées de France

Coordonnée par Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Marie Thébaud-Sorger (CAK) et Bing Zhao (CRCAO) dans le cadre du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation » et du LIA TrEnamelFC

      En considérant les objets comme « sources » cette seconde journée de réflexion consacrée aux savoirs, pratiques et techniques des laques et vernis, mettra en dialogue historiens des techniques et de l’art, conservateurs, praticiens et physico-chimistes autour de leurs circulations, adaptations et reconstitutions sur le temps long.

En insistant autant sur les gestes techniques et les composants utilisés, les pratiques des acteurs du passé ne sont compréhensibles qu’en les restituant dans leur contexte de fabrication et de diffusion (production/consommation), permettant d’ouvrir une réflexion plus globale sur ces savoirs de « surface »  et de finitions, communes au delà des vernis à toute sorte d’enduits, émaux, dorures, étamages, notamment à travers la question de l’imitation des matériaux imitant tel ou tel effets (doré, émail etc..).

À travers trois tables rondes thématiques il s’agira de comprendre comment des procédés ancrés dans la tradition peuvent évoluer et se renouveler, en confrontant de manière dynamique l’articulation entre l’analyse historique des sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets et le recours aux techniques contemporaines d’analyses.

 

9h30
Accueil/Café

10h
Présentation de la journée

10h30-12h
Table ronde 1
Etude des sources écrites, génétique artistique et reconstruction.
animée par Anne-Solenn LE HO (C2RMF)

Dans ce volet nous souhaiterions interroger au regard des connaissances actuelles la diversité des sources (descriptions techniques, traités, objets) et redonner une voie au praticien dans la compréhension des procédés et la restitution des gestes et savoir faire anciens. Comment ces sources peuvent fournir des informations mais également influencer les travaux ? Du point de vue des enquêtes et de l’historiographie, quelles ont été les recherches pratiques, les terrains qui ont été menés et les résultats?

François PEREGO (Chercheur indépendant, Restaurateur) : Recette et reconstitution du « vernis à l’or » de Turquet de Mayerne (1620- 1640)

Anne HOUSSAY (Cité de la musique) : Une histoire de la  recherche pour les vernis de violon : Koen Padding et ses notes sur les vernis

12h-13h30
Pause déjeuner

13h30-15h
Table ronde 2
Confronter les espaces temporels et géographiques différents
Animée par ZHAO Bing (CNRS/CRCAO)

L’émergence des pratiques consuméristes à la période moderne a accompagné la circulation accrue d’objets précieux et de collection, leur reproduction puis l’adaptation pour des clientèles se diversifiant (des consommations curiales aux biens de demi-luxe voire à des marchés larges). Nous souhaiterions ici aborder les réseaux d’échanges et d’influence entre Extrême Orient et Europe à travers différents traitements de surface (émaux, laques, glaçures). Comment y a-t-il eu diffusion et perduration des savoirs, résistance des procédés anciens et/ou concomitance de procédés ? Quel est le lien entre les modes de production et de consommation ? De quelle manière l’usage des matériaux et leurs adaptations/substitutions dépendent tant de contextes économiques et politiques que de ressources localisées. La nécessité de travailler sur des ensembles (d’objets) questionne parfois la faible représentativité des échantillons et des traces écrites.

Stéphane CASTELLUCCIO (Centre André Chastel, Paris-Sorbonne) : Décrire, comprendre et reproduire. La connaissance de la technique de la laque en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles.

ZHANG Li (Département des objets d’art, Musée du Palais de Pékin) : Les techniques des laques monochromes : origines et évolution.

GUO Fuxiang (Département de la vie curiale, Musée du Palais de Pékin) : Le traitement de surface des objets en jade sous Qianlong (1736-1795). 

15h
Pause Café

15h30-17h00
Table ronde 3
Imiter : emprunt à des modèles et goût de l’artifice
Animée par Romain THOMAS (Université de Nanterre) Marie THEBAUD-SORGER (CNRS/CAK)

La question de l’imitation ouvre sur une approche plus générale des techniques des revêtements de surface. Cette question double, renvoie pour une part à la capacité d’imiter les vernis anciens donc aux restitutions plus ou moins fidèles (engageant moults ajustements et interprétations), une pratique centrale également dans les processus d’apprentissage et de perfectionnement, entrainant copies, répliques et variantes aux modèles. Par ailleurs elle désigne le moyen, par l’application de vernis et lasures, d’imiter d’autres matières. Cette pratique ancienne notamment pour reproduire les effets des matériaux précieux (effets de dorure, d’émail, de marbre, des pierres précieuses) dépend à la fois de l’élargissement de la demande, de l’essor du collectionnisme et témoigne également d’une esthétique (culture des apparences) prônant les jeux de la répétition, du trompe l’œil et le goût pour l’artifice.

CHEN Lihua (Institut des recherches sur les techniques artisanales de la cour, Musée du Palais de Pékin) : Les techniques de traitement de surface du laque dit « peau de rhinoceros (Rhinoceros skin laquer) et du laque gravé. 

Discutants :
Anne Foret Carlier (conservatrice au musée des Arts décoratifs)
Anne Jacquin (restauratrice)
Sébastien Pautet (Université Paris Diderot)
Fabien Simon (Université Paris Diderot)

C2RMF
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
http://c2rmf.fr/informations-pratiques

Important
Nous remercions les personnes extérieures au C2RMF de bien vouloir annoncer leur venue d’ici le mardi 9 mai, en envoyant un message à l’adresse suivante :

anne-solenn.leho@culture.gouv.fr

Centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS/MNHN), Centre de Restauration des Musées de France (C2RMF), Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO)

 

 

1er colloque international LIA « Les présents diplomatiques entre la Chine et l’Europe aux 17e-18e siècles »

 

Colloque international

Les présents diplomatiques
entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles

***
17-18世纪中国与欧洲
外交礼品往来
***
Diplomatic Gifts
between China and Europe

in the 17th-18th centuries

4 et 5 mai 2017, Paris

Peut-on employer le terme « cadeaux diplomatiques » pour ce qui concerne les XVIIe-XVIIIe siècles entre la Chine et les pays européens, alors que dans la tradition chinoise, tout pays étranger n’était qu’un vassal devant l’empereur de Chine ? Nous regroupons en fait sous ce terme tous les objets destinés à être offerts par une cour européenne ou un membre de la famille royale ou aristocratique à l’empereur de Chine, aux princes, et aux mandarins, et réciproquement.

Dans ce contexte des échanges officiels, les présents soigneusement choisis sont porteurs d’une fonction politique de faire-valoir, en plus des caractéristiques formelles propres aux objets dotés de pouvoirs de séduction. Agissant ainsi comme objets de pouvoir et de courtoisie, leur nature est ambivalente : les caractéristiques intrinsèques (esthétique, économique et technique) doivent refléter aussi bien l’identité de celui qui offre que celle de celui qui reçoit. En plus de la matérialisation du pouvoir suprême, les objets « exotiques » de prestige par excellence, assument également de multiples autres fonctions sociales entre autres, le témoignage de respect et de confiance, le moyen d’introduction et d’obtention de faveurs.

Le colloque sera l’occasion de faire dialoguer entre elles les sources primaires, en particulier les archives (imprimées et surtout manuscrites) issues de traditions textuelles différentes et de contextes sociaux qui s’ignoraient. L’objectif est de construire une histoire des échanges à « plusieurs voix » et à une réalité sociale multiple.

(Pour agrandir : clic droit + afficher l’image)

Colloque international organisée par le programme LIA TrEnamelFC (trenamelfc.hypotheses.org) avec les soutiens du CRCAO, CCJ, ICT, CAK, CNRS et PSL.

Organisateurs : Liliane Hilaire-Pérez (ICT/CAK), Isabelle Landry-Deron (CCJ), Sébastien Pautet (ICT), Fabien Simon (ICT), Bing Zhao (CRCAO)

 

4 mai 2017
Salon de la Maison de l’Asie
22, avenue du Président Wilson, 75016, Paris

9h00-9h15
Introduction

Bing Zhao 赵冰 (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale)
Le projet LIA TrEnamelFC et la question de l’efficacité des objets diplomatiques // 珐琅技术中法联合实验室和外交礼品的社会功能 // The LIA TrEnamelFC Project and the Question of the Efficacy of Diplomatic Objects

9h15-10h15
1ère session
« Les premiers échanges sino-français : pratiques et acteurs »

Présidence de séance : Catherine Jami 嘉玲(Centre Chine, Corée, Japon)

9h15-9h45 : Stéphane Castelluccio (Centre André Chastel)
Louis XIV et l’Orient : séduire et être séduit // 路易十四与东方:诱惑与被诱惑 // Louis XIV and the Orient: To Seduce and Be Seduced

9h45-10h15 : Nathalie Monnet (Bibliothèque nationale de France)
Diplomatie jésuite ou diplomatie d’Etat ? // 耶稣会外交还是国家外交 ? // Jesuit Diplomacy or State Diplomacy?

10h30-12h30
2e session
« Les objets émaillés,
cadeaux privilégiés des échanges sino-européens
aux XVIIe-XVIIIe siècles »

Présidence de séance : Sébastien Pautet (Identités, Cultures, Territoires)

10h30-11h00 : Emily Byrne Curtis (chercheuse indépendante)
Aspects of a Multi-faceted Process: The Circulation of Enamel Wares between the Vatican and Kangxi’s Court (1662-1722) // 康熙宫廷与梵蒂冈之间的珐琅器物互赠

11h00-11h30 : Isabelle Landry-Deron 蓝莉 (Centre Chine, Corée, Japon)
La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine d’après les sources missionnaires françaises // 从传教士书信看中法之间珐琅器物的流动 // The Circulation of Enameled Objects Between France and China According to French Jesuit Missionary Sources

11h30-12h15 : Li Zhang 张丽 (Département des objets d’art, Musée du Palais de Pékin)
L’évolution de la technique des émaux peints en Chine au contact de l’Europe // 画珐琅工艺在清宫中的发展 // Evolution of the Technique of Painted Enamels in China in Relation to Contact with Europe

12h15-12h45 : Bing Zhao (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale)
Nouveaux regards sur les objets européens introduits à la cour des Mandchous aux XVIIe-XVIIIe siècles : le cas des objets émaillés // 17-18世纪欧洲礼品在清宫:以珐琅器物为例 // New Approaches to the Impact of European Objects Introduced into the Manchu Court in the 17th–18th Centuries: The Case of Enameled Objects 

 

5 mai 2017
U
niversité Paris Diderot, place Paul Ricoeur, 75013 Paris
Bâtiment Olympe de Gouge, salle M019

9h15-10h45
3e session
« Les échanges étatiques sino-européens
de la 2e moitié du XVIIIe siècle »

Présidence de séance : Liliane Hilaire-Pérez (ICT/Centre Alexandre Koyré)

9h15-10h00 : Guo Fuxiang 郭福祥 (Département de la vie curiale, Musée du Palais de Pékin)
Tribut ou cadeaux diplomatiques : le devenir des objets offerts par la mission Macartney à la cour des Qing // 礼品与贡品:英国马嘠尔尼使团的礼品及其在清宫的境遇  // Tribute or Diplomatic Gifts: The Fate of Objects Offered by the Macartney Mission to the Qing Court

10h00-10h45 : John Finlay (Centre Chine Corée Japon)
Henri Bertin and the Presents from Louis XV to the Qianlong Emperor //  亨利 贝儿丹与路易十五送给乾隆皇帝的礼品

11h00-13h00
4e session
« Les perspectives historiques et comparatives »

Présidence de séance : Fabien Simon (Identités, Cultures, Territoires)

11h00-11h30 : Indravati Félicité (Identités, Ccultures, Territoires)
Les cadeaux diplomatiques dans les échanges entre les cours européennes et asiatiques à l’époque moderne : un aperçu des orientations de la recherche // 近代欧洲与亚洲国家之间的外交往来:当下研究方向概述 // Diplomatic Gifts in the Exchanges Between European and Asian Courts in the Modern Period: An Overview of the Approaches to Research

11h30-12h00 : Marie-Laure de Rochebrune (Musée du château de Versailles)
Les porcelaines de Sèvres envoyées en guise de cadeaux diplomatiques à l’empereur de Chine par les souverains français dans la seconde moitié du XVIIIe siècle // 18世纪后半叶法国国王送给中国皇帝的赛弗尔瓷器 // Sèvres Porcelains Sent in the Form of Diplomatic Gifts to the Emperor of China from the Rulers of France in the Second Half of the 18th Century

12h00-12h30 : Françoise Wang-Toutain  (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale)
Présents diplomatiques, Présents de longévité. Les cadeaux offerts par les dignitaires tibétains laïcs et religieux à la cour impériale mandchoue // 外交礼品,万寿礼品:藏傳佛教大喇嘛进贡给满清皇帝的礼品 // Diplomatic Gifts, Gifts of Longevity: Gifts Offered by Tibetan Lay and Religious Dignitaries to the Manchu Imperial Court

12h30-13h00 : Kee Il Choi (University of Leiden)
‘In All Things Must the Ancients be Imitated:’ Vases and Diplomacy at the Qing court // 仿古风尚:清宫的“瓶”与外交关系

 

Plan d’accès / Map / : Plan Acces Olympe 

Les premières analyses des objets émaillés français et chinois (juin-juillet 2016) : procédure et objectifs scientifiques

Sous la direction de Philippe COLOMBAN, CNRS-UPMC UMR 8233 MONARIS et ZHAO Bing, CNRS UMR 8155 CRCAO

Avec la collaboration des conservateurs du Mnaag-Guimet et du musée des Arts décoratifs (B. Quette & A. Forray-Carlier), de M. Ji Luoyuan (musée du Palais de Pékin) et de deux stagiaires du laboratoire MONARIS, Lucie Arberet (Elève Ingénieur) et Y. Zhang (HORIBA Jobin-Yvon).

Les arts du feu, du métal et de la céramique, sont à la base du développement des outils et ustensiles de nombreuses civilisations. Bien que l’art céramique soit beaucoup plus ancien et indispensable au développement de la métallurgie – sans fours, sans tuyères, sans creusets, le métal ne peut être produit – l’attention portée ces dernières décennies a été focalisée, et plus particulièrement en France, sur la métallurgie.

Les travaux de Paul Benoit et son école dans les années 1970 sur la métallurgie cistercienne en Bourgogne et son irrigation de la société médiévale [1] ont permis d’aborder les chaines opératoires et l’impact sur le développement économique. Plus récemment les travaux du groupe de Vincent Serneels en Suisse relatifs à l’étude des outillages de la métallurgie et des déchets de scories [2] offre la possibilité de passer d’une description qualitative à une mesure quantitative des quantités produites et donc d’aborder une étude économique des sociétés passées avec des données nouvelles. Dernièrement les travaux de l’équipe de Philippe Dillmann [3] au CEA montrent que l’analyse fine, aux échelles microniques ou submicroniques, des résidus de laitiers présents dans les objets en fer ou en acier ouvrait une nouvelle méthode pour tracer l’origine des objets métalliques. Ces avancées dans l’étude des objets métalliques résultent en partie de l’important support institutionnel à ces travaux car les objets métalliques âgés de plusieurs siècles, voire millénaires, sont indispensables pour la compréhension et la modélisation de la corrosion à long terme des containers de déchets produits par l’industrie nucléaire.

L’étude des objets céramiques reste très centrée sur l’analyse muséologique et esthétique. Pourtant à l’origine de l’archéométrie dans le premier quart du 18e s., François de Réaumur analysait aussi bien les aciers « damassés » que les porcelaines chinoises [4]. La céramique était alors à l’avant-poste du développement de l’Industrie et de la Science. La plupart des grands chimistes du 18e et du 19e siècle furent des céramistes ou travaillèrent pour la Manufacture Royale/Impériale/Nationale de Sèvres : Macquer, Brongniart, Salvetat, Vögt, Lauth… Les véritables progrès dans l’analyse du métal ne se firent que près d’un siècle plus tard. En effet, une des raisons du développement de l’analyse des céramiques dès le début du 19e siècle venait que les échelles pertinentes pour l’analyse des microstructures des pâtes céramiques, de la dizaine de µm au millimètre, étaient beaucoup plus larges que celles requises pour l’étude des métaux, microniques à submicroniques. Les premiers microscopes optiques étaient donc suffisants pour étudier les pâtes céramiques et les niveaux d’impuretés des céramiques mesurables par les techniques chimiques de l’époque. L’analyse des microstructures des phases métalliques nécessita les nouveaux outils développés dans la deuxième moitié du 20e siècle : microscopes optiques à fort grossissement, microscope électroniques et microsonde ionique [4].

Les échelles pertinentes pour l’analyse de la partie colorée des céramiques, les émaux, matière vitreuse ou vitro-céramique, sont nanométriques et subnanométriques, c’est-à-dire encore plus petites que celles nécessaires pour l’étude des métaux et alliages. En outre la couche émaillée, dont l’épaisseur varie de quelques millimètres (Céladons) à moins d’une dizaine de micron (certains émaux de Petit Feu), constitue une toute petite partie des objets. Ainsi au début du 20e s. H.A. Eccles et B. Rackham demandaient un service complet céramique pour prélever par concassage suffisamment de « miettes » d’émail pour en faire l’analyse chimique [5]. Aussi les potiers-chimistes de la seconde moitié du 19e siècle comme Théodore Deck [6] développèrent conjointement l’analyse et la création de répliques pour comprendre les créations des anciens Maîtres et retrouver les anciennes recettes. Le développement de nouvelles techniques d’analyse non-destructives voire non-invasives et en particulier celles utilisant des instruments portables, offre les outils nécessaires à l’étude des objets émaillés dans les Musées et leurs réserves. Le coût encore élevé des instruments portables (de 20 000 à plus de 100 000€ selon les instruments) et le besoin d’utiliser plusieurs types d’instruments pour une étude efficace, font qu’un support institutionnel est nécessaire ainsi qu’une approche multidisciplinaire associant historiens de l’art, historiens des techniques et des échanges, conservateurs et spécialistes des matériaux concernés et de leur analyse.

En fait, les émaux sont un des éléments les plus sophistiqués produits par les Arts du feu. Les contraintes techniques (accord de dilatation avec le substrat, mouillabilité et viscosité à la température de cuisson – l’émail ne doit pas couler mais napper uniformément les faces verticales ou horizontale des objets – couleur et éclat) et esthétiques ont fait des objets émaillés des produits de haute technologie, caractérisés par des savoir-faire spécifiques. Plusieurs techniques permettant d’arriver à des aspects visuels semblables, l’analyse des micro- et nano-structures permet de différencier les techniques de production et dans de nombreux cas d’identifier lieux et/ou période de production communs [7]. Pendant longtemps l’étude des micro- et nanostructures, la détermination des agents colorants et chromophores nécessitaient des prélèvements (analyse invasive voire destructive principalement par microscopie électronique EDX ou fluorescence X sur de petits fragments ou tessons) et seul des Grands Instruments à faisceau de particules extrait comme l’accélérateur AGLAE du C2RMF ou les Synchrotrons permettaient une analyse efficace des objets. La rareté de ces GI et les procédures d’accès limitent ces travaux. Mais l’importante miniaturisation de nombreux dispositifs physiques et des calculateurs révolutionne depuis peu les conditions d’analyse avec le développement d’instruments portables non-invasifs comme les pistolets de fluorescence X (pXRF) et les microspectromètres Raman (pµR). Le Laboratoire LASIR, inventeur du premier microspectromètre Raman en 1975 et ses héritiers le LADIR maintenant MONARIS furent les premiers à développer la microspectrométrie Raman mobile pour l’analyse des matériaux et objets du Patrimoine. L’analyse de la matière vitreuse par spectrométrie Raman pose des problèmes particuliers, expérimentaux, de procédure et de modélisation, et le LADIR/MONARIS a développé une approche et des modélisations adaptées à l’analyse des verres et des émaux aussi bien par pXRF que par pµR (objets en verre émaillé, vitraux, émaux de terre cuite, de grès, de porcelaines, d’émaux sur métal, etc , y compris les émaux de Limoges du Moyen Age et de la Renaissance, et leurs copies du 19e siècle [8], les émaux cloisonnés chinois du 16e au 18e siècle [9] et les porcelaines dures ou tendres des Manufactures Françaises du 18e siècle [10]. Les procédures et modélisations mises au point au Laboratoire sont maintenant utilisées par de nombreuses équipes étrangères, la plupart ayant été formées au laboratoire.

Des historiens de l’art ont démontré des parallèles entre les émaux peints sur métal de Limoges et les émaux peints sur métal et sur porcelaine fabriqués en Chine au 18e siècle [11]. Ces derniers concernent à la fois la forme, le répertoire décoratif, et les palettes des couleurs (couleurs de fond et couleurs des décors). La paire de coupelles en porcelaine peinte en émaux polychromes présentée conservée au musée des arts asiatiques-Guimet en est l’un des beaux exemples (Fig.1 et 2). Trois séries d’analyses exploratoires autour de ces deux objets ont été conduites par Ph. Colomban et son équipe en juin et juillet sur site avec un dispositif de Spectrométrie Raman portable. Pendant les 3 semaines in situ, 33 objets ont été analysés respectivement dans les salles et les réserves du musée Guimet, dont 3 émaux cloisonnés sur métal (50 mesures), 21 émaux peints sur porcelaine (234 mesures), et dans les réserves du musée des arts décoratifs (9 émaux peints sur métal de Limoges (100 mesures)). La palette des couleurs a été le principal critère de sélection des objets : 9 types de couleurs de fond et de décor ont été étudiés. Les premières données sont en cours de dépouillement dans la perspective d’identifier les agents colorants utilisés et les similarités/différences de technologie afin de construire une histoire interconnectée. Un premier résultat est l’utilisation innovante des arséniates comme opacifiant de certains émaux de porcelaine. Plus précisément, par quantifications en laboratoire avec les mêmes critères de pertinence des objets chinois et français contemporains présentant des couleurs similaires, nous espérons pouvoir identifier les procédés/agents colorants importés de France/Europe en Chine aux 17e-18e siècles, et expliquer, voire dater de manière précise les transferts. L’interprétation sera poursuivie début 2017 avec des mesures par XRF portable.

 

  1. P. Benoit, Concluding remarks: The idea of landscape and the history of mining and metallurgy, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 96, 1989, 233-236. P. Benoit, D. Cailleux, Moines et métallurgie dans la France médiévale, Picard-AEDEH, Paris, 1991.
  2. D. Konig, V. Serneels, Roman double-layered crucibles from Autun/France: a petrological and geochemical approach, J. Archaeolog. Sci. 40, 2013, 156-165. F. Cattin et al., Lead isotopes and archaeometallurgy, Archaeol & Anthropol. Sci. 1, 2009, 137-148.
  3. D. Neff et al., Raman imaging of ancient rust scales on archaeological iron artefacts for long-term atmospheric corrosion mechanisms study, J. Raman Spectrosc. 37, 2006, 1228-1237. J. Monnier et al., A corrosion study of the ferrous medieval reinforcement of the Amiens cathedral. Phase characterisation and localisation by various microprobe techniques, Corrosion Sci. 52, 2010, 695-710.
  4. R.A. Ferchault de Réaumur, Idée générale des différentes manières dont on peut faire la porcelaine et quelles sont les véritables matières de celle de la Chine, ibidem (1727). Second mémoire sur la porcelaine ou suite des principes qui doivent conduire dans la composition des porcelaines de différents genres et qui établissent les caractères des matières fondantes qu’on ne peut choisir pour tenir lieu de celle qu’on emploie à la Chine, ibidem (1729). Mémoire sur l’art de faire une nouvelle espèce de porcelaine par des moyens extrêmement simples et faciles ou de transformer le verre en porcelaine, ibidem (1739), Mémoires Académie des Sciences, Paris.
  5. Ph. Colomban, « Analyse non destructive des objets d’art par méthodes spectroscopiques portables », Techniques de l’Ingénieur, 2012, RE 217/12, p. 1-20.
  6. Th. Deck, La Faïence, Maison Quantin, Paris (1887).
  7. Id. note 5.
  8. B. Kirmizi, Ph. Colomban, M. Blanc, « On-site Analysis of Limoges enamels from 16th to 19th century », Journal Raman Spectrosc. 41[10], 2010, p.1240-1247.
  9. B. Kirmizi, Ph. Colomban, B. Quette, « On-Site Analysis of Chinese Cloisonné Enamels from 15th to 19th Century », Journal Raman Spectrosc. Vol. 41[7], 2010, p. 780-790.
  10. Id. note 5.
  11. V. Notin, « L’émail peint : De Limoges à Pékin », Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, t. CXL, 2012, p.85-107.

 

 

 

 

 

coupe-limoges-petite-tailles

Fig. 1 : Jacques Laudin, coupelle à décor de corbeille de fleurs et paysage, émail peint sur cuivre, Limoges, 1er quart du XVIIIe siècle, coll. Privée (cl. Archives du Musée des Beaux-Arts de Limoges).

 

 

coupe-guimet-imitation-limoges

trenamelfc1

Fig. 2 : Coupelles à anse à décor de corbeilles et de bouquets de fleurs, émaux peints sur porcelaine, Chine, 1ère moitié du XVIIIe siècle, inv. G4551a et G4551b, musée national des arts asiatiques-Guimet, Paris, ancienne collection Ernest Grandidier, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier.

ad-2001-34-1-1-2-pt

trenamelfc2 trenamelfc3

 

Fig. 3 : Gobelet faisant partie d’un ensemble comprenant également une soucoupe, Noël II ou Nicolas II Laudin, début du XVIIIe siècle.

Gobelet : H. 7,8 cm, D. 7,9 cm, Pds. 60,8 g. Musée des Arts décoratifs, inv. 2001.34.1.1-2. Photo (C) Jean Tholance, musée des Arts décoratifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine

Le carnet est la vitrine du programme international « La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques ». Ce programme franco-chinois (2015-2020) a pour l’objectif de proposer une histoire « à parts égales » de la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle.
L’émail est l’exemple type d’une technique d’abord européenne, qu’il s’agisse du cloisonné, du champlevé ou de l’émail peint, et la pratique s’en est déplacée d’Ouest en Est, à la suite des objets. Le présent projet consiste en recherches simultanées et croisées menées par une équipe internationale et pluridisciplinaire autour des objets émaillés sur tous supports, produits en France ou en Chine, appartenant aux anciennes collections du Palais de Pékin et aux musées français. Y sera intégré l’apport des exploitations novatrices des analyses archéologiques, textuelles, esthétiques et physico-chimiques. Le caractère innovant du projet consiste donc à croiser les études sur les sources primaires et les analyses physico-chimiques en laboratoire et dans les musées (réserves) en utilisant des instruments mobiles non-invasifs garantissant la parfaite intégrité des objets. Ces dernières seront pratiquées conjointement par les équipes françaises et chinoises sur un corpus d’objets sélectionnés parmi les collections du musée du Palais de Pékin et celles des musées français (précisément le musée des Beaux-arts de Limoges, le musée national des arts asiatiques-Guimet, le musée Cognacq-Jay, le musée Cernuschi, et les musées de la Cité de la céramique). Le programme donne toute sa place à l’interdisciplinarité en associant les sciences dures aux sciences humaines, et participe pleinement de l’essor des études transnationales, connectées et globales.
Concrètement, les recherches s’organiseront autour de trois axes : a) L’axe « Identification, restauration et reconstitution : les objets comme sources » s’organisera autour de l’étude des émaux chinois et français de collections du musée du Palais de Pékin et de musées français, en intégrant les apports de l’archéologie, des études stylistiques, de la restauration et des analyses physico-chimiques  ; b) L’axe « Les écrits et les techniques » regroupera les études des sources écrites et s’interrogera sur la pertinence des différentes catégories de sources, en particulier les archives manuscrites, dans la compréhension des techniques artisanales ; c) L’axe « Transferts, techniques et territoires » étudiera les modes de transmission des techniques entre les différents métiers de finition et entre la Chine et la France dans le but d’interroger les divers types de circulation.
Les principaux résultats attendus de ce projet concerneront trois domaines : a) Recherche : constitution de deux corpus des pièces d’archives chinoises et françaises en rapport avec la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine, établissement d’une base de données textuelles sur la circulation des objets émaillés entre la France et la Chine, et d’une base de données physico-chimiques bilingues des émaux analysés ; publication des résultats dans des revues scientifiques internationales ; journées d’études annuelles et colloques de clôture à Pékin et à Paris ; catalogage des émaux chinois et européens du musée du Palais de Pékin ; b) Formation : formation des étudiants en France et en Chine à l’histoire comparée des techniques par la constitution et l’analyse des corpus d’archives de natures différentes ; apprentissage des nouvelles méthodes d’analyses non destructives en laboratoire et dans les musées appliquées à des émaux ; c) Valorisation publique : publication des deux corpus d’archives chinoises et françaises en Chine et en France ; traduction en chinois d’ouvrages de référence sur les émaux français ; série de conférences grand public dans les locaux des musées partenaires du projet à Pékin et en France sur les échanges entre la France et la Chine autour des objets émaillés ; expositions au musée du Palais de Pékin (2019) et en France (Limoges et Paris, 2020), et probablement dans d’autres pays européens, avec les catalogues d’objets et un volume de synthèse des recherches.
La réalisation de ce projet s’appuie sur une collaboration large et solide des meilleurs spécialistes chinois et français dans leur domaine, qu’ils soient historiens, archéologues, historiens de l’art, historiens des techniques ou encore chimistes et restaurateurs. En Chine il est porté par le musée du Palais de Pékin avec la participation de 21 chercheurs issus de 5 institutions : l’Institut d’archéologie, le Département de recherche sur la vie de la cour, le Département des objets d’art, le Département des affaires internationales, le Département de restauration et d’analyses scientifiques. S’y joignent deux enseignants-chercheurs de renommée internationale, respectivement issus de l’Université nationale de Taïwan et de l’Université chinoise de Hong Kong. En France, le projet est porté par l’UMR 8155 CRCAO « Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale », en partenariat avec le laboratoire ICT EA337 « Identités-Cultures-Territoires », l’UMR 8560 CAK « Centre Alexandre Koyré » et l’UMR 8233 MONARIS « De la molécule aux nano-objets : réactivité, interactions et spectroscopies », soit 11 chercheurs et 3 étudiants en thèse plus deux étudiants en Masters par an. Ce projet associe 11 autres chercheurs français d’autres laboratoires tels que le CECMC « Centre d’études sur la Chine contemporaine et moderne », le C2RMF-UMR 8247 « Laboratoire de recherche et de restauration des musées de France » et l’UMR 8150 « Centre André Chastel », ainsi que de 7 grands musées (le musée du Château de Versailles, la Cité de la céramique-Sèvres et Limoges, le musée national des arts asiatiques – Guimet, le musée des Arts décoratifs à Paris, le musée des Beaux-arts de Limoges et le musée de la Compagnie des Indes à Lorient).

Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques (fin XVIIe – milieu XIXe siècle)