compte-rendu – Conférence de M. Yang Yong (23 mai 2019)

Compte-rendu de la conférence de Yang Yong, jeudi 23/05/2019, S1-23, 54 bd Raspail, 75006 Paris (WANG Huayan)

Le conservateur du Musée du palais impérial de Pékin, M. Yang Yong, a donné une conférence intitulée « Les archives du Palais des Qing et l’étude des objets du Musée du palais » dans le cadre des activités du LIA TrenamelFC.

La conférence comprend cinq parties : 1) l’organisation institutionnelle du Musée du palais ; 2) les origines des objets du Musée du palais ; 3) une brève présentation sur les archives du palais des Qing ; 4) les études des objets du palais à partir des archives ; 5) un retour d’expérience su l’utilisation des outils de recherche et bases de données.

Dans la première partie consacrée à l’organisation du Musée du palais, M. Yang a présenté les quatre sections principales du musée, constitué notamment de trois départements (objets d’art, objets de la cour impériale ainsi que calligraphies et peintures) et d’une bibliothèque, ainsi que le nombre d’objets conservés dans chaque section. Les deux premiers départements se divisent respectivement en quatre groupes, chacun est en charge d’une catégorie d’objets. M. Yang lui-même appartient au groupe du département des objets d’art, où sont regroupés les objets en jade, laque, émail, verre, bambous, bois, ivoire, corne de rhinocéros, etc. Enfin, il a attiré l’attention sur le fait que la majorité des objets conservés au Musée du palais sont issus des anciennes collections du palais impérial des Qing. Pendant longtemps, la datation de ces objets s’appuyait sur l’expérience des conservateurs, et ont donc été marqués par un manque d’objectivité.

Dans la deuxième partie, il a présenté les trois principales origines des objets du Musée du palais : 1) les objets originellement disposés dans des zones hors des trois grandes salles principales (Taihe, Zhonghe, Baohe) ; 2) les collections de la Salle d’exposition des objets anciens fondée en 1914, y compris ceux des trois grandes salles principales, du palais de Jehol (la résidence de montagne de Chengde) et du palais de Shengjing (le palais impérial de Shenyang) ; 3) les objets issus des achats, des transferts d’autres fonds et des donations après 1949. Les objets des deux premières origines sont encodés du caractère gu (ancien) ; ceux de la troisième sont encodés du caractère xin (nouveau).

Ensuite, il nous a fait une présentation sur les archives du palais des Qing, notamment celles qui ont déjà été publiées et qui sont à la disposition des chercheurs :

  • Recueil des archives du Bureau des travaux du palais du département de la Maison impériale des Qing
  • Recueil complet des archives concernant des porcelaines du palais impérial des Qing
  • Les mémoires
  • Les archives des objets disposés du palais impérial des Qing conservés au Musée du palais
  • Les poèmes et des proses des empereurs
  • Le rapport de l’inventaire (des objets après le départ de la Cité interdite du dernier empereur)

Le Recueil des archives du Bureau des travaux du palais du département de la Maison impériale des Qing a été publié en 2005 et concerne les archives de l’ère Yongzheng et de Qianlong, réparties en 55 volumes. Il s’agit des archives des ouvrages réalisés dans chaque atelier et des archives des enregistrements divers (sur les cadeaux offerts par des fonctionnaires de provinces, mais refusés par les empereurs, lors des quatre grandes fêtes annuelles). Quelques extraits des archives concernant des objets émaillés ont été montrés pour expliquer le fonctionnement du Bureau des travaux, notamment des échanges entre les empereurs et les ateliers. Il a précisé que durant l’ère Qianlong, de nombreux objets ont été sous-traités à l’extérieur du palais afin de faire des économies. Les archives des ouvrages comprennent ainsi des commandes impériales réalisées par la Maison des douanes de Canton (des pièces en émaux peints), le Bureau du tissage de Suzhou (des pièces en laque, en jade), et le Bureau de la gabelle de Lianghuai (des pièces en jade). Enfin, il a rappelé que les archives de l’ère Jiaqing à l’ère Xuantong (1760-1911) n’ont pas encore été publiées.

Le Recueil complet des archives des porcelaines du palais impérial des Qing (52 volumes) publié en 2008 concerne la période de l’ère Yongzheng à l’ère Xuantong (1678-1911). Il s’agit des archives des ouvrages, des tributs et des cadeaux offerts au palais, relatifs aux objets en céramique, en porcelaine et en porcelaine émaillée peinte. Les archives concernant les ouvrages ne sont pas complètes ; on recommande plutôt le Recueil des archives du Bureau des travaux du palais du département de la Maison impériale des Qing aux chercheurs qui étudient les porcelaines et les objets en émail peint de l’ère Yongzheng et de Qianlong.

Les mémoires sont ceux de l’ère Kangxi et de Yongzheng, en chinois ou en mandchou traduits en chinois. Puisque les archives du Bureau des travaux du palais que nous disposons aujourd’hui débutent en première année de l’ère Yongzheng (1678), les chercheurs qui étudient des objets émaillés de l’ère Kangxi ne peuvent que s’appuyer sur ces mémoires. Il a cité deux exemples des mémoires concernant la fabrication des objets émaillés et le transfert des artisans spécialisé en émail.

Enfin, le Rapport de l’inventaire des objets du palais impérial (10 volumes) a été rédigé par le comité de la remise en état après le départ de la famille impériale des Qing entre 1924-1928 (plus un inventaire complémentaire de 1940). Il s’agit de l’équivalent des archives des objets disposés pour la période républicaine. Les objets ont été encodés selon l’ordre des caractères dans le Classique des mille caractères,aujourd’hui appelé « cote de référence » qui nous permet de retrouver les localisations des objets au palais à l’époque républicaine. Les objets cités dans ce rapport sont conservés principalement dans deux musées : le Musée du palais de Pékin et le Musée du palais de Taipei.

Les poèmes et les proses des empereurs concernent ceux de Kangxi, de Yongzheng et de Qianlong, notamment ce dernier en raison de sa quantité. Ses œuvres ont été publiées, celles des deux premiers sont consultables dans la version numérique des « livres complets des quatre magasins ».

Dans la quatrième partie, il a présenté quelques études sur les objets émaillés à partir des archives :

  • Zhou Sizhong, Qinggong citai huafalang yanjiu, 1716-1789 (Étude sur l’émail peint sur porcelaine du palais impérial des Qing, 1716-1789), Wenwu chubanshe, 2008.
  • Huali caici: Qianlong yangcai (Stunning Decorative Porcelains from the Ch’ien-long Reign), le Musée du palais impérial de Taipei.
  • Jincheng xuying: Qing Yongzheng falang caici (Porcelain with painted enamels of Qing Yongzheng period, 1723-1735), le Musée du palais impérial de Taipei.
  • Gugong bowuyuan cangpin daxi: Falangqi bian (La grande série des collections du Musée du palais impérial : le volume sur les objets émaillés), Anhui meishu chubanshe, 2011.
  • Shi Jingfei, Riyue guanghua : Qinggong huafalang (Les objets en émail peint du palais impérial des Qing), Guoli gugong bowuyuan, 2012.
  • Yang Yong, Liu Yue, « Guanyu gugong cang jijian Qingdai wukuanqi de niandai » (La datation de quelques objets sans marques des Qing conservés au Musée du palais impérial), Wenwu, 7 (2013).

Enfin, il nous a partagé son expérience de l’usage des outils de recherche des bases de données sur les archives : le site Yunjian et la version numérique des « livres complets des quatre magasins ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.