Tous les articles par Zhao Bing

La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine

Le carnet est la vitrine du programme international « La circulation des objets émaillés entre la France et la Chine (fin XVIIe – milieu XIXe siècle) : Interactions technologiques, culturelles et diplomatiques ». Ce programme franco-chinois (2015-2020) a pour l’objectif de proposer une histoire « à parts égales » de la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle.
L’émail est l’exemple type d’une technique d’abord européenne, qu’il s’agisse du cloisonné, du champlevé ou de l’émail peint, et la pratique s’en est déplacée d’Ouest en Est, à la suite des objets. Le présent projet consiste en recherches simultanées et croisées menées par une équipe internationale et pluridisciplinaire autour des objets émaillés sur tous supports, produits en France ou en Chine, appartenant aux anciennes collections du Palais de Pékin et aux musées français. Y sera intégré l’apport des exploitations novatrices des analyses archéologiques, textuelles, esthétiques et physico-chimiques. Le caractère innovant du projet consiste donc à croiser les études sur les sources primaires et les analyses physico-chimiques en laboratoire et dans les musées (réserves) en utilisant des instruments mobiles non-invasifs garantissant la parfaite intégrité des objets. Ces dernières seront pratiquées conjointement par les équipes françaises et chinoises sur un corpus d’objets sélectionnés parmi les collections du musée du Palais de Pékin et celles des musées français (précisément le musée des Beaux-arts de Limoges, le musée national des arts asiatiques-Guimet, le musée Cognacq-Jay, le musée Cernuschi, et les musées de la Cité de la céramique). Le programme donne toute sa place à l’interdisciplinarité en associant les sciences dures aux sciences humaines, et participe pleinement de l’essor des études transnationales, connectées et globales.
Concrètement, les recherches s’organiseront autour de trois axes : a) L’axe « Identification, restauration et reconstitution : les objets comme sources » s’organisera autour de l’étude des émaux chinois et français de collections du musée du Palais de Pékin et de musées français, en intégrant les apports de l’archéologie, des études stylistiques, de la restauration et des analyses physico-chimiques  ; b) L’axe « Les écrits et les techniques » regroupera les études des sources écrites et s’interrogera sur la pertinence des différentes catégories de sources, en particulier les archives manuscrites, dans la compréhension des techniques artisanales ; c) L’axe « Transferts, techniques et territoires » étudiera les modes de transmission des techniques entre les différents métiers de finition et entre la Chine et la France dans le but d’interroger les divers types de circulation.
Les principaux résultats attendus de ce projet concerneront trois domaines : a) Recherche : constitution de deux corpus des pièces d’archives chinoises et françaises en rapport avec la circulation des objets émaillés et des techniques de l’émail entre la France et la Chine, établissement d’une base de données textuelles sur la circulation des objets émaillés entre la France et la Chine, et d’une base de données physico-chimiques bilingues des émaux analysés ; publication des résultats dans des revues scientifiques internationales ; journées d’études annuelles et colloques de clôture à Pékin et à Paris ; catalogage des émaux chinois et européens du musée du Palais de Pékin ; b) Formation : formation des étudiants en France et en Chine à l’histoire comparée des techniques par la constitution et l’analyse des corpus d’archives de natures différentes ; apprentissage des nouvelles méthodes d’analyses non destructives en laboratoire et dans les musées appliquées à des émaux ; c) Valorisation publique : publication des deux corpus d’archives chinoises et françaises en Chine et en France ; traduction en chinois d’ouvrages de référence sur les émaux français ; série de conférences grand public dans les locaux des musées partenaires du projet à Pékin et en France sur les échanges entre la France et la Chine autour des objets émaillés ; expositions au musée du Palais de Pékin (2019) et en France (Limoges et Paris, 2020), et probablement dans d’autres pays européens, avec les catalogues d’objets et un volume de synthèse des recherches.
La réalisation de ce projet s’appuie sur une collaboration large et solide des meilleurs spécialistes chinois et français dans leur domaine, qu’ils soient historiens, archéologues, historiens de l’art, historiens des techniques ou encore chimistes et restaurateurs. En Chine il est porté par le musée du Palais de Pékin avec la participation de 21 chercheurs issus de 5 institutions : l’Institut d’archéologie, le Département de recherche sur la vie de la cour, le Département des objets d’art, le Département des affaires internationales, le Département de restauration et d’analyses scientifiques. S’y joignent deux enseignants-chercheurs de renommée internationale, respectivement issus de l’Université nationale de Taïwan et de l’Université chinoise de Hong Kong. En France, le projet est porté par l’UMR 8155 CRCAO « Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale », en partenariat avec le laboratoire ICT EA337 « Identités-Cultures-Territoires », l’UMR 8560 CAK « Centre Alexandre Koyré » et l’UMR 8233 MONARIS « De la molécule aux nano-objets : réactivité, interactions et spectroscopies », soit 11 chercheurs et 3 étudiants en thèse plus deux étudiants en Masters par an. Ce projet associe 11 autres chercheurs français d’autres laboratoires tels que le CECMC « Centre d’études sur la Chine contemporaine et moderne », le C2RMF-UMR 8247 « Laboratoire de recherche et de restauration des musées de France » et l’UMR 8150 « Centre André Chastel », ainsi que de 7 grands musées (le musée du Château de Versailles, la Cité de la céramique-Sèvres et Limoges, le musée national des arts asiatiques – Guimet, le musée des Arts décoratifs à Paris, le musée des Beaux-arts de Limoges et le musée de la Compagnie des Indes à Lorient).